Coordonnées

Bureau
Bureau 038 (bâtiment central Tertre)
Tél
0240141364
Téléphone 2
0240141364
Mail
Nathalie.Barrandon@univ-nantes.fr
Site internet
http://www.nathaliebarrandon.fr

Discipline(s)

Histoire, civilisation, archéologie et art des mondes anciens et médiévaux

Discipline(s) enseignée(s)

histoire romaine

Thèmes de recherche

"Romanisation de l'Espagne républicaine" et "Centre/périphéries : gouvernement des provinces occidentales à l'époque républicaine"

Activités / CV

Agrégée des Universités (1997)
Ancienne membre de l'EHEH-Casa de Velázquez à Madrid.
MCF en Histoire Ancienne à l'Université de Nantes depuis septembre 2006.

Corps

Maître de Conférences

Informations complémentaires

Thèse de Doctorat d'Histoire de l'Université de Bordeaux III, soutenue publiquement le 2 décembre 2005. Mention très honorable avec les félicitations du Jury.

Sujet : De la conquête à la pacification : les mutations des sociétés indigènes et les débuts de la romanisation en Hispanie septentrionale et centrale, de la chute de Numance aux guerres asturo-cantabres (133-26 av. J.-C.).

Directeur : J.-M. Roddaz, professeur des Universités - Bordeaux III.

Rapporteurs :  J.-M. David, professeur des Universités - Paris I.

M. Reddé, directeur d'études - EPHE.

Président du Jury : J.-M. David, professeur des Universités - Paris I, .
Membres du Jury : P. Moret, directeur d'études - EHEH-Casa de Velázquez.

  I. Rodà, professeur des Universités - Autonoma de Barcelone.

  J.-M. Roddaz, professeur des Universités - Bordeaux III.

  P. Sillières, professeur émérite de l'Université de Bordeaux III.

Une présentation de la thèse (15000 caractères) a été publiée dans les Mélanges de la Casa de Velázquez, n° 36-2, 2006, p. 327-331. La thèse est en cours de publication.

Résumé de la thèse : En Hispanie septentrionale et centrale (la côte méditerranéenne entre Emporion et Saguntum, le bassin de l'Èbre et la haute vallée du Douro), l'archéologie et l'épigraphie nous apportent, depuis quelques décennies, de nombreux indices de mutations importantes dans les sociétés indigènes dès la fin des guerres celtibériques. Toutefois, une étude des sources littéraires et numismatiques montre que le Sénat romain et les gouverneurs n'ont pas eu, entre 133 et 82, de véritable programme d'intégration de la province. Au contraire, l'autonomie des cités indigènes, dans le cadre des traités signés pendant la conquête, et l'initiative des élites furent à l'origine de mutations culturelles qui confirmèrent les mutations sociales opérées dans la première moitié du siècle. Les villes se sont partiellement parées des innovations architecturales et décoratives hellénistico-italiques, sans pour autant faire de ces cités de petites Rome. Les cultures épigraphiques ibériques et celtibériques s'enrichirent de pratiques latines, sans pour autant bouleverser les langues et les coutumes. La période entre 133 et 82 ne fit qu'initier la romanisation des sociétés indigènes, alors que l'étape décisive de leur promotion juridique se situe pendant les guerres civiles, auxquelles elles participèrent activement, notamment en se mêlant aux armées romaines et aux immigrants italiens devenus plus nombreux ; Rome octroya un statut privilégié à un nombre conséquent de cités indigènes et favorisa la constitution de sociétés d'origine mixte, ce qui permit une accélération de la latinisation des indigènes et la romanisation de leur cadre de vie. Ainsi, si le processus fut lent, inégal et superficiel lorsque l'initiative était indigène, il devint rapide, organisé et intense lorsque Rome et ses imperatores prirent les choses en main à la fin du Ier siècle.


Archéologie

Association à l'équipe du programme de fouilles d'une cité ibéro-romaine à Alcañiz (Teruel-Espagne), sous la direction de P. Moret, directeur des études de la Casa de Velázquez et de F. Marco Simon, professeur de l'Université de Saragosse, 2003-2006.


Articles

"La part de l'influence latine dans les inscriptions funéraires ibériques et celtibériques", Mélanges de la Casa de Velázquez, 33-1, 2003, p. 199-237.

"Le rôle des légations sénatoriales dans la gestion de la province d'Hispanie Citérieure entre 133 et 82 avant J.-C.", Domitia, n°8/9, mars 2007, p. 227-240.

"L'affirmation socio-culturelle des élites indigènes en Hispanie septentrionale à l'époque républicaine.", Salduie, à paraître fin 2007.